Perversion sadienne des droits de l’homme 

Texte prononcé dans le cadre du séminaire collectif de psychanalyse « ce qui fait l’homme », soirée sur le thème de « l’homme et les structures clinique » le jeudi 14 mars 2019, à Rennes.
 
« Il n’y a pas de rapport sexuel « sous-entendu » formulable dans la structure[1]».Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Homo logicus

Texte prononcé dans le cadre du séminaire collectif de psychanalyse, Ce qui fait l’homme, le jeudi 13 décembre 2018 à Rennes
Depuis Freud, on sait que le phallus n’est pas l’apanage de l’homme. Le partage tout homme est phallique et toute femme ne l’est pas ne tient plus. On est donc passé de l’homo erectus à l’homo logicus.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Les symptômes, d’un discours à l’autre

Intervention au stage du CCPO « Entendre le symptôme », 31 janvier & 1er février 2019

L’Homme, au sens générique, est un animal social, dans la mesure où il est fait d’images et de mots qui lui viennent de l’Autre. Déterminé, aliéné, le sujet cherche le sens de son être mais également de ses symptômes au lieu de l’Autre.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

S’entendre avec le symptôme

Intervention au stage du CCPO « Entendre le symptôme », Rennes, 31 janvier & 1er février 2019
 
Commençons par déplier ce titre que j’ai proposé, qui peut être entendu de différentes façons. Je vous en propose cinq :

S’entendre avec le symptôme indique en premier lieu la nécessité que nous nous entendions a minima, nous analystes, sur ce dont il s’agit quand nous parlons de symptôme.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Même symptôme chez le névrosé et le pervers ?

Intervention au stage du CCPO « Entendre le symptôme », Rennes, 31 janvier & 1er février 2019
 
Du point de vue phénoménologique, le même symptôme peut se trouver dans les différentes structures cliniques. Néanmoins, le rapport du sujet à l’inconscient n’est pas le même chez le névrosé, chez le pervers et chez le psychotique.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Introduction – Entendre le symptôme

Intervention d’introduction au stage du CCPO « Entendre le symptôme », 31 janvier & 1er février 2019
 
« Il y a eu un moment dans l’histoire où il y a eu assez de gens désœuvrés pour s’occuper tout spécialement de ce qui ne va pas, et donner là une formule du « ce qui ne va pas » à l’état naissant, si je puis dire.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

« S’affirmer comme homme[1] » ou d’un usage de la parole chez l’homme

Texte prononcé dans le cadre du séminaire collectif de psychanalyse, Ce qui fait l’homme, le jeudi 13 décembre 2018, à Rennes.
 
Existe-t-il un rapport spécifique de l’homme à la parole ? Autrement dit, le corps qu’on a[2], conditionne[3]-t-il la parole, et plus précisément ce qui se dit dans une psychanalyse[4] ?Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Les sœurs Papin ou le regard qui tue

Texte d’une intervention prononcée dans le cadre du Collège de Clinique Psychanalytique de l’Ouest, le 1er Avril 2017, à Rennes.
 
Voici 84 ans, soit plus d’un demi-siècle, Le 2 février 1933 au Mans un double meurtre était commis dans des circonstances encore inédites selon les annales de criminologie.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Violence, parole et corps : quand des paroles coagulent la violence en masse, quand des paroles desserrent les liens de la violence

Intervention prononcée le 17 novembre 2018 à Saint-Brieuc dans le cadre des ateliers cliniques sur le thème : « Parole et violence »
Dry september. Septembre ardent. W. Faulkner. 1931[1]
« … le seul avantage qu’un psychanalyste ait le droit de tenir de sa position, lui fût-elle reconnue comme telle, c’est de se rappeler avec Freud qu’en sa matière, l’artiste toujours le précède.. Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print