Homme entre père et fils

Pour la psychanalyse, est-il possible de penser ce qui fait l’homme sans l’inscrire entre père et fils[1] ? Il n’y a de virilité que par procuration des ancêtres soulignait Lacan. Un homme ce n’est rien d’autre qu’un signifiant, soit un semblant, c’est-à-dire un signifiant imaginarisé, notre seul accès au symbolique, comme les superstitions attachées aux chiffres ou Rimbaud avec son sonnet Voyelles en témoignent.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Violence du fantasme chez l’homme aux rats

Texte de l’intervention prononcée le 19 janvier 2019 à Rennes dans le cadre du CCPO
 
Cette année nous avons pour thème violence et parole, je souhaite aborder plus particulièrement le thème de la violence, à travers le fantasme de la névrose obsessionnelle et plus précisément en reprenant le célèbre cas clinique de Freud de 1909, L’homme aux rats.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Sur la relation d’objet : Lacan et Bouvet

Pour questionner ce qu’est la névrose, et ce que sont ses différents types : phobique, hystérique et obsessionnelle, Lacan invitait explicitement ses élèves à repartir des catégories par lui distinguées de demande et de désir.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Névrose, topologie et fin d’analyse – L’identité de séparation

Article de Christian Demoulin publié dans la revue PLI n° 1 (revue de psychanalyse de l’EPFCL-Pôle 9 Ouest). Intervention prononcée dans le cadre du Collège de clinique psychanalytique du Sud-Ouest, Unité de Bordeaux, le 20 mai 2006

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print