Il n’y a pas de rapport sexuel : le fondement de la psychanalyse

« Il n’y a pas de rapport sexuel » voilà un aphorisme qui marque l’enseignement de Lacan et à en croire ceux qui l’on entendu à l’époque, cela a fait l’effet d’une bombe.  Depuis nous l’entendons souvent et j’ai voulu essayer de suivre le chemin de Lacan vers cet énoncé afin de repérer ce qu’il en fait.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Le champ du partage

Intervention prononcée lors du Collège de Clinique Psychanalytique de l’Ouest, Journée d’ouverture à Rennes, le 16 septembre 2017.
« Le numéro Deux se réjouit
d’être impair »[1]
Sur le thème de l’année : « Clinique différentielle des sexes », on pourrait commencer à poser la problématique – comme vous avez déjà commencé à le faire avec le texte de présentation du thème – en disant : Il y a « des sexes », a priori deux, dits Hommes et Femmes dont on pourrait croire qu’ils s’accordent à ce qu’est leur anatomie en suivant la formule célèbre : l’anatomie c’est le destin.Suite

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print