Présentation

« Tu peux savoir » est le nom du site du pôle 9 Ouest de l’École de Psychanalyse des Forums du Champ Lacanien. Nous l’empruntons à Jacques Lacan, qui traduisit ainsi la formule latine Scilicet  dont il faisait en 1968 le titre de la revue de psychanalyse de l’École freudienne de Paris. « A qui ce tu s’adresse-t-il ? », demandait-il dans son introduction. C’est en effet dans le tu de la question, que gît la réponse, hier comme aujourd’hui.

Suite

Tu peux savoir

L’écoute d’un monde nouveau, d’un ancien qui se taisait

Texte de l’intervention prononcée dans le cadre du Séminaire collectif de psychanalyse, « Toujours plus », à Rennes, le mercredi 4 décembre 2019
 
Les jeux vidéo, mondes accessibles par les écrans, sont construits à partir de pixels. Ces images peuvent avoir un caractère hypnotique ; en témoigne les nombreuses scènes du quotidien, entre le « tu vas prendre cher » lancé à un écran ou encore et le « oui, oui, j’ai bientôt fini ».Suite

Position de l’analyste vis à vis du transfert et du symptôme

Texte de l’intervention prononcée dans le cadre du collège de clinique psychanalytique de l’Ouest, « L’efficace du transfert face aux symptômes », le 18 janvier 2020.
 
Il n’y a pas d’analyse sans transfert. Néanmoins celui-ci n’est pas un phénomène réservé uniquement à la relation analytique.Suite

Haine rap et psychanalyse (La haine est-ce-que ça se rap ?)

Texte de l’intervention prononcée dans le cadre du collège de clinique psychanalytique de l’Ouest, « Parole et violences », le samedi 25 mai 2019
 
Émergence d’un lien social urbain
Le RAP (rythm And Poetry) s’est créé, au même titre que l’ensemble de la culture hip-hop, dans ce que l’on appelle « la rue » et il se revendique comme tel.Suite

Toutes les publications

Coup d'oeil

Quel coup d’œil pouvons nous jeter sur la subjectivité d’aujourd’hui ?

Subjectivité est un terme qui laisse entendre une interprétation particulière, s'opposant au dit « objectif ». La subjectivité est singularité qui sépare, voire l'expression de l’originalité de chacun - plasticien, cinéaste, écrivain, poète, metteur en scène, etc.

Cette rubrique ne visera pas à établir un catalogue de ces expressions orphelines, mais à maintenir vivantes les questions inhérentes à la subjectivité. Comment cette singularité, aussi intime que mystérieuse, s’exprime dans les diverses « manifestations » d’hier et aujourd’hui ? Qu’est-ce que nous pouvons en saisir et qu’est-ce qui nous en échappe toujours ?

Cette rubrique se veut réactive et participative. C’est pourquoi elle accueillera également les contributions de ceux qui la consultent. Alors n'hésitez pas à nous écrire.

Faire le choix d’écrire dans ce qui se passe des formes

De cette lecture de l’ouvrage de Dominique Touchon Fingermann, « La (dé)formation du psychanalyste. Les conditions de l’acte », je fais le choix d’écrire, là, attrapé par du texte.

Le

Les noeuds de la parole

Marc Strauss.

Avec les contributions de Vanessa Brassier et Ève Cornet

La parole : des nœuds qui tressent, coincent, étranglent les corps, imaginairement, symboliquement ou réellement, n’étant pas exclu de surcroît qu’ils se transforment les uns les autres. La parole présuppose bien sûr le pacte, mais la violence que charrient les mots demeure, et sera à préciser.Suite

Le

« La névrose infantile » Un trauma bénéfique.

Martine Menès

Freud emploie le terme de « névrose infantile » pour désigner la période du Complexe d’Œdipe. Lacan, lui, interroge très tôt l’usage de ce mythe et son interprétation. Il s’agit dans cet ouvrage ici réédité et discrètement augmenté de revisiter la « névrose infantile » avec le fil lacanien, et d’aborder les modalités contemporaines par lesquelles l’enfant est introduit dans les règles élémentaires du lien social. Suite

Le
Tous les coups d'oeil

Villes

Activités

Le pôle Ouest de l'Ecole de Psychanalyse des Forums du Champ Lacanien - France permet à chacun de trouver différentes modalités de travail pour penser son rapport à la clinique psychanalytique.

Suite

Agenda

Tous les évènements