Les noeuds de la parole

Marc Strauss.

Avec les contributions de Vanessa Brassier et Ève Cornet

La parole : des nœuds qui tressent, coincent, étranglent les corps, imaginairement, symboliquement ou réellement, n’étant pas exclu de surcroît qu’ils se transforment les uns les autres. La parole présuppose bien sûr le pacte, mais la violence que charrient les mots demeure, et sera à préciser. Ce que nous appelons les structures cliniques sont autant de façons pour les parlêtres d’y répondre, jusque dans leurs actes conscients, manqués ou imposés. Desserrer ces nœuds est l’enjeu de la parole aussi, quand elle s’inscrit dans le discours psychanalytique.  
En savoir plus…
Collection Études. 128 pages. ISBN 978-2-491126-12-4.  15 €
Disponible en librairie sur place au siège social, EPFCL-France 118 rue d’Assas 75006 Paris. Règlement par chèque (15€) à l’ordre de ENCL
Par correspondance auprès de la gérance, 12 Avenue de Lowendal 75007 Paris. Chèque à l’ordre de ENCL (15 + 6€ frais de port pour la France, 13,50€ pour l’étranger)
Sur le site
Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

« La névrose infantile » Un trauma bénéfique.

Martine Menès

Freud emploie le terme de « névrose infantile » pour désigner la période du Complexe d’Œdipe.
Lacan, lui, interroge très tôt l’usage de ce mythe et son interprétation. Il s’agit dans cet ouvrage ici réédité et discrètement augmenté de revisiter la « névrose infantile » avec le fil lacanien, et d’aborder les modalités contemporaines par lesquelles l’enfant est introduit dans les règles élémentaires du lien social. 

Collection Cliniques. 186 pages. ISBN 978-2-491126-04-9 
PRIX 20€
 
Disponible en librairie
Sur place au siège social, EPFCL-France 118 rue d’Assas 75006 Paris.
Règlement par chèque (20€) à l’ordre de ENCL
Par correspondance auprès de la gérance, 12 Avenue de Lowendal 75007 Paris. Chèque à l’ordre de ENCL (20 + 6€ frais de port pour la France, 13,50€ pour l’étranger)
Sur le site 
Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Lacan et la honte. De la honte à l’hontologie.

David Bernard

Edition augmentée

La honte, remarquait Jacques Lacan, « on s’en est longtemps tu », car « ce n’est pas de cette chose dont on parle le plus aisément ». Le long silence de la psychanalyse à l’endroit de la honte suffit à le démontrer, à quoi semble s’opposer la multiplicité des travaux qui lui sont aujourd’hui consacrés. Ainsi, une question nouvelle surgit du lieu même de notre modernité : de quoi la honte nous fait-elle signe ? 
Jacques Lacan s’efforça d’y répondre, à l’occasion d’une leçon de son Séminaire L’envers de la psychanalyse, laquelle constitue la pointe de son apport sur la honte. Bien des thèses s’y bousculent, dont ce livre tente ici de vérifier la portée dans la pratique psychanalytique, autant que dans le lien social contemporain, plus particulièrement en s’attachant cette fois à en saisir les effets et les manifestations dans l’univers numérique. En savoir plus…

Collection …In Progress. 280 pages. ISBN 978-2-491126-05-6.  25 €
Disponible en librairie sur place au local de l’EPFCL-France 75006 Paris. Règlement par chèque (25€) à l’ordre de ENCL.
Par correspondance auprès de la gérance, 12 Avenue de Lowendal 75007 Paris. Chèque à l’ordre de ENCL (25 + 6€ frais de port pour la France, 13,50€ pour l’étranger)
Sur le site

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Le fétiche et la lettre

Numéro 32 – Revue semestrielle

Avec la participation de Nathalie BILLIOTTE-THIEBLEMONT, Laurence BOURGEON, Isaure BOUSSEYROUX, Michel BOUSSEYROUX, Didier CASTANET, Laurent COMBRES, Monique DESORMEAUX, Xavier DOUMEN, Leïla EL ALLALY, Anne FOURCADE-JOURDAIN, Claire GARSON, Anita IZCOVICH, Laszlo KRASZNAHORKAI, Marie-José LATOUR, Dominique MARIN Albert NGUYEN, Bernard NOMINE, Jacqueline PATOUET, Jacques ROUSSILLE, Marc STRAUSS, Axel TUFFERY, Véronique VIALADE MARIN

La lecture que fait Lacan du cas André Gide a renouvelé notre conception du fétiche dans la perversion, en l’articulant à la sublimation comme mise en équivalence de la lettre et du désir. Que nous apprend Madeleine Gide du trouage du fétiche comme gnomon de la vérité ?

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Qu’est-ce qu’une psychanalyse lacanienne ?

Nous vous annonçons la parution du numéro 31 de la revue ‘En – Je’

Qu’est-ce qu’une psychanalyse lacanienne ?

Avec la participation de Alain BADIOU, Nicolas BENDRIHEN, Nathalie BILLIOTTE-THIEBLEMONT, Michel BOUSSEYROUX, Isaure BOUSSEYROUX, Vincent BOUZIGNAC, Béatrice CAMBILLAU, Didier CASTANET, Sylviane CERNOIS, Luminitza CLAUDEPIERRE TIGIRLAS, Monique DESORMEAUX, Xavier DOUMEN, Leïla EL ALLALY, Anne FOURCADE-JOURDAIN, Luis IZCOVICH, Marie-José LATOUR, Pascale LERAY, Albert NGUYEN, Axel TUFFERY, Maïté VERN, Véronique VIALADE MARIN

Cette question appelle une réponse tant épistémique que politique et éthique. Le fait qu’une psychanalyse se confirme, se révèle être lacanienne se juge à ce qui est au cœur de l’expérience et qui dépend du psychanalyste qui la conduit, du moyen qu’il se donne et de la conception qu’il se fait de sa finalité.

Le choix intime

La psychanalyse s’est toujours intéressée à des actes presque imperceptibles, qui se présentent à l’Autre comme manqués, que personne ne prend au sérieux et qui pourtant ont des conséquences, du moins pour celui qui les a commis. Ce sont des actes subtils, ils se révèlent seulement si nous affinons notre perception de ce qu’est l’action de l’homme : ce qui dans son énonciation, ses conduites et ses affections n’est pas un simple mécanisme, mais aussi une prise de position qui d’habitude ne passe pas par la conscience. L’analyse n’a pas d’autre visée que celle de réviser nos choix les plus intimes, souvent figés depuis longtemps, soutenus par le désir inconscient qui insiste et nous appelle parfois de façon directe et incompréhensible, dans l’urgence de l’angoisse, et plus souvent indirectement, dans la culpabilité inconsciente qui se chiffre dans nos symptômes.

Gabriel Lombardi est psychanalyste à Buenos Aires, membre fondateur de l École des Forums du Champ lacanien. Médecin et Docteur en Psychologie, il est professeur à l Université de Buenos Aires, où il enseigne la clinique de la psychanalyse et dirige l Institut de Recherches de la Faculté de Psychologie.