Le fétiche et la lettre

Numéro 32 – Revue semestrielle

Avec la participation de Nathalie BILLIOTTE-THIEBLEMONT, Laurence BOURGEON, Isaure BOUSSEYROUX, Michel BOUSSEYROUX, Didier CASTANET, Laurent COMBRES, Monique DESORMEAUX, Xavier DOUMEN, Leïla EL ALLALY, Anne FOURCADE-JOURDAIN, Claire GARSON, Anita IZCOVICH, Laszlo KRASZNAHORKAI, Marie-José LATOUR, Dominique MARIN Albert NGUYEN, Bernard NOMINE, Jacqueline PATOUET, Jacques ROUSSILLE, Marc STRAUSS, Axel TUFFERY, Véronique VIALADE MARIN

La lecture que fait Lacan du cas André Gide a renouvelé notre conception du fétiche dans la perversion, en l’articulant à la sublimation comme mise en équivalence de la lettre et du désir. Que nous apprend Madeleine Gide du trouage du fétiche comme gnomon de la vérité ?

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Print this page
Print

Qu’est-ce qu’une psychanalyse lacanienne ?

Nous vous annonçons la parution du numéro 31 de la revue ‘En – Je’

Qu’est-ce qu’une psychanalyse lacanienne ?

Avec la participation de Alain BADIOU, Nicolas BENDRIHEN, Nathalie BILLIOTTE-THIEBLEMONT, Michel BOUSSEYROUX, Isaure BOUSSEYROUX, Vincent BOUZIGNAC, Béatrice CAMBILLAU, Didier CASTANET, Sylviane CERNOIS, Luminitza CLAUDEPIERRE TIGIRLAS, Monique DESORMEAUX, Xavier DOUMEN, Leïla EL ALLALY, Anne FOURCADE-JOURDAIN, Luis IZCOVICH, Marie-José LATOUR, Pascale LERAY, Albert NGUYEN, Axel TUFFERY, Maïté VERN, Véronique VIALADE MARIN

Cette question appelle une réponse tant épistémique que politique et éthique. Le fait qu’une psychanalyse se confirme, se révèle être lacanienne se juge à ce qui est au cœur de l’expérience et qui dépend du psychanalyste qui la conduit, du moyen qu’il se donne et de la conception qu’il se fait de sa finalité.

Le choix intime

La psychanalyse s’est toujours intéressée à des actes presque imperceptibles, qui se présentent à l’Autre comme manqués, que personne ne prend au sérieux et qui pourtant ont des conséquences, du moins pour celui qui les a commis. Ce sont des actes subtils, ils se révèlent seulement si nous affinons notre perception de ce qu’est l’action de l’homme : ce qui dans son énonciation, ses conduites et ses affections n’est pas un simple mécanisme, mais aussi une prise de position qui d’habitude ne passe pas par la conscience. L’analyse n’a pas d’autre visée que celle de réviser nos choix les plus intimes, souvent figés depuis longtemps, soutenus par le désir inconscient qui insiste et nous appelle parfois de façon directe et incompréhensible, dans l’urgence de l’angoisse, et plus souvent indirectement, dans la culpabilité inconsciente qui se chiffre dans nos symptômes.

Gabriel Lombardi est psychanalyste à Buenos Aires, membre fondateur de l École des Forums du Champ lacanien. Médecin et Docteur en Psychologie, il est professeur à l Université de Buenos Aires, où il enseigne la clinique de la psychanalyse et dirige l Institut de Recherches de la Faculté de Psychologie.